La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
Le blé en herbe
ALIMENTATION BIOLOGIQUE ET ÉCOPRODUITS

Aujourd'hui Lundi

Ouvert de 08h30 à 19h30

Chlore, bactéries : mieux vaut ne pas boire la tasse à la piscine !

Chlore, bactéries : mieux vaut ne pas boire la tasse à la piscine !

À partir du 26/06/2018

Biocoop Manosque
C'est l'activité phare en saison estivale ! Mais les piscines publiques sont-elles vraiment propres ? Malgré les normes sanitaires qui exigent un taux de chlore suffisant pour tuer toutes les bactéries, les contaminations subsistent.

Hôtels, centres nautiques ou bassins municipaux... les piscines sont sur la ligne de mire des autorités sanitaires. Des contrôles de propreté de l’eau ont récemment révélé la présence de bactéries dans les piscines. Même si l’eau est traitée, des germes résistent au chlore. Autre problème : cet agent chimique peut s’avérer nocif pour la santé.

Des bactéries pathogènes dans l'eau des piscines publiques ?

Selon une étude publiée par le Centre américain de prévention des maladies, 8 morts et plus de 27.000 usagers de piscines municipales ont été contaminés par des bactéries. Entre 2000 et 2014, les autorités sanitaires de 46 états des Etats-Unis et de Porto Rico ont alerté sur la présence de germes pathogènes dans des piscines traitées au chlore. Les analyses des chercheurs américains ont révélé 89 % d’infections par la bactérie Cryptosporidium, 4 % par le Pseudomonas - à l’origine d’otite interne - et 3 % par la bactérie Legionella, qui a provoqué 6 décès sur les 8 répertoriés. 

Piscines contaminées : de récents cas en France

De Caen à Saint-Paulien (Haute-Loire), les bactéries ne cessent de proliférer dans les piscines. Le 5 juin 2018, le bilan des analyses de la qualité de l’eau de la piscine de Caen a été sans appel. Les conclusions de cet épisode bactériologique révèlent la présence de staphylocoques dans la piscine. L’eau du bassin sportif intérieur du stade nautique de Caen a été jugé “non-conforme aux limites de qualité”, soulevant ainsi de nombreuses questions sur les dangers.
À Saint-Paulien, des contrôles sanitaires ont révélé mercredi 20 juin dernier la présence de légionelles dans la piscine des Portes du Bien-être. A l’origine : un vieux chauffe-eau à la température trop élevée dans les douches de la piscine, un simple “problème technique” selon Laurent Duplomb, sénateur et ancien maire de Saint-Paulien. Si aucun cas de légionellose n’a été signalé par les usagers, l’infection a été indiquée à l’Agence régionale de santé (ARS) pour éviter tout risque de prolifération. Fermé jusqu’à nouvel ordre, l’établissement public ne sera pas ouvert au public avant que l’ARS n’ait donné son feu vert. Les abonnés pourront cependant se rendre dans les autres piscines de la Communauté d’agglomération du Puy.

Les piscines d’hôtels : également des endroits à risque ?

Alors que les hôtels prônent le confort des clients, leurs installations ne seraient pas exempts de tout reproche ! Selon une récente étude du US Center for Disease Control and Prevention (CDC), les piscines d’hôtels seraient infectées de bactéries. L’organisme a révélé que ces bassins sont à l’origine d’un tiers des maladies survenues sur des nageurs entre 2010 et 2014. En cause ? Le parasite Cryptosporidium et les bactéries Pseudomonas et Legionella. Alors que le premier peut provoquer des troubles gastro-intestinaux, les Pseudomonas et les légionnelles résistent aux produits nettoyants et peuvent engendrer problèmes respiratoires et affection de la peau.
 

"En avalant juste un peu d’eau contaminée avec la bactérie Cryptosporidiumdes enfants ou des adultes peuvent tomber malades pendants des semaines : diarrhées, crampes d’estomac, nausée, vomissements", prévient Michele Hlavsa, MPH et directrice du Programme de nage saine au sein du CDC.


Le CDC conseillent donc aux hôtels de mieux adapter les procédures de nettoyage de leurs piscines "afin de prévenir les maladies liées à ces bactéries".

Les effets du chlore sur la santé

Solution la plus efficace pour traiter l’eau d’une piscine et la maintenir propre, le chlore a une action désinfectante et oxydante. Toutefois, ce traitement ne protège pas de toutes les bactéries présentes dans l’eau et peut entraîner des petits désagréments chez les nageurs. Le chlore peut causer des irritations de la peau. Mais selon Ana Duarte, dermatologue américaine interrogée par le site américain LiveScience, "les doses utilisées dans les piscines ne sont pas sources d’inquiétude la plupart du temps". Son action dessèche la peau et les cheveux qui peuvent virer au verdâtre si les doses de traitement ne sont pas respectées. La dermatologue alerte cependant sur les effets néfastes de cet agent chimique pouvant "dégager des vapeurs pouvant augmenter le risque d’asthme".

Rien de surprenant pour les amateurs de piscines, ce produit chimique peut également être à l’origine de picotements voire d’irritation des yeux. Pensez donc à opter pour des lunettes de natation avant de piquer une tête !


Retour